Persépolis (Persepolis, Parse)

Persépolis (Persepolis)

Takht-e Jamshid ("Trône de Jamshid"), est le célèbre nom de l'œuvre architecturale la plus impressionnante de achéménide situé dans la ville de Marvdasht, région de Fars. La région de Takht-e Jamshid, à l'ouest, s'appelle Persepolis, "la ville des Perses", à l'époque des Achéménides, s'appelait Pārse.
Plus tard, cet endroit a donné son nom à Cento Colonne, Quaranta Colonne, Quaranta Minareti et Takht-e Jamshid. Même les rois sassanides ont laissé des inscriptions ici dans le palais Tachara. Après l'avènement de l'islam en Iran, cet endroit a été considéré avec un certain respect. il s'appelait Mille Colonnes ou Quaranta Minareti et était lié à des personnages comme Soleiman Nabi et Jamshid.
Azadouleh Deilami à Takht-e Jamshid a laissé deux inscriptions en caractères cufiques. Il y a aussi d'autres épigraphes, en arabe et en persan, et les plus récentes remontent à la période qajaro. Ceci a été écrit par le testament de Mozaffar Al-Din Shah Qajar et se trouve dans le mur nord du palais Tachara.
Takht-e Jamshid a été construit au pied du mont Rahmat, est une structure multilatérale dont la surface est plus ou moins égale à 125 000 mètres carrés et dont la construction a commencé autour de l'année 518 a. C par la volonté de Darius le Grand et a continué jusqu'à presque 450 a. C. dans la période d'Ardeshir I (Artaxerxes I).
I utilisé dans les matériaux de construction sont les suivants: grande briques d'argile et de briques vernissées, de mortier à base de bitume, le revêtement de stuc de couleur utilisé pour recouvrir le sol ou décorer les colonnes de bois, de bois pour les pylônes, les portes et les petites colonnes, Chaux en pierre ou en marbre noir et blanc.
Les échafaudages, les poulies et les ressources humaines ont été utilisés pour soulever les pierres. Pour assembler les pierres, le mortier n'a pas été utilisé, mais il a plutôt été associé à des crochets en métal.

Palais Apadana

Au-dessus de la terrasse de Takht-e Jamshid, en plus des bâtiments de résistance et de défense, il a été prévu de construire le palais Apadana, la salle du Conseil, le palais de Darius I et le trésor principal.
Le palais Apadana n’a pas été achevé pendant la vie de Darius et Xerxès, son fils et successeur, a terminé le travail de son père. Même la construction du palais exclusif de Darius (Tachara) a commencé avec lui et Xerxes l'a terminée.
Au-delà qui a jeté les bases de la construction du port des Nations, de son palais exclusif et son harem, il a changé le plan du Trésor et il a construit le palais des Cent Colonnes, ou salle du Trône. Hors une partie de la construction de la tour, le bastion défensif et résidence de la garnison qui se trouvaient dans la rangée de fortifications, peut-être le trésor principal a été le premier bâtiment au moment de Darius à remplir sur la terrasse de Takht-e Jamshid. L'œuvre après une longue pause a repris à l'époque d'Artaxerxes III.
Dans les fouilles à Takht-e Jamshid ont été trouvés plusieurs milliers de tablettes d'argile avec des textes en caractères cunéiformes élamite écrits sous le règne de Darius le Grand, dont la datation va de la 509 494 d. C.
Cette collection est une petite partie des archives administratives achéménides. Les comprimés ont été stockés brut, mais quand Alessandro année 330 avant notre ère, après la conquête de Takht-e Jamshid, a déclaré flammes à l'ensemble des bâtiments, tandis qu'un nombre indéterminé de comprimés a disparu à jamais, par hasard une partie d'entre eux étaient préparés par le feu et ils sont restés.
Leur lecture, outre le fait que les découvertes archéologiques ont rempli le savoir de la façon dont il a été construit le complexe de Takht-e Jamshid, a montré que dans la construction de ce complexe impressionnant étaient employés travailleurs et des artistes devant leur travail et leur art , perçu un salaire et profité de vacances, de rations alimentaires et d’une sorte d’assurance sociale.

L'escalier

L'escalier d'entrée, qui est toujours le moyen officiel d'entrer dans le site, a été construit par Xerxes. Certains attribuent la cause des pauvres levée des étapes du fait que les gens de chevaux pourraient aller facilement, mais certains experts considèrent ce fait contraire aux coutumes de la cour et de la longueur et soulevé pauvres des mesures qu'ils voient comme une opportunité cédé la place à un grand nombre de dignitaires achéménides pour monter les escaliers en dialogue.
Après avoir passé l'escalier d'entrée, il y avait un petit palais appelé "Porta delle Nazioni" parce que les représentants de tous les groupes ethniques iraniens y sont entrés et se sont ensuite dirigés vers les bâtiments du tribunal.
Aux deux côtés du seuil d'entrée étaient deux statues en forme de taureaux et au seuil de sortie avec les deux autres ailes et la tête humaine qui symbolisent l'union de la pensée humaine, l'ambition aigle et la bénédiction et la puissance du taureau .
Bien qu'il soit possible que la fondation originale de ce bâtiment pour avoir jeté Darius, Xerxès, cependant, il a terminé le travail. Le Apadana ou palais de Darius et Xerxès, est la construction la plus exemplaire, magnifique et large Takht-e Jamshid qui comprend: une salle de forme carrée colonnes 36 et trois arcs, chacun avec des colonnes 12 et quatre tours dans les quatre angles extérieurs du salon et une série de salles de surveillance. Deux escaliers des deux côtés permettaient d'accéder à ce bâtiment.
Les murs de ceux-ci étaient décorés de dessins et d'inscriptions merveilleuses. Parmi les colonnes 72 qui occupaient jadis le toit de l'Apadana et de ses arcades, il ne reste aujourd'hui que 14. La construction de l'Apadana a commencé dans l'année 519 BC par la volonté de Darius le Grand et après trente ans de travail s'est terminée dans la période de règne de Xerxès.

Takht-e Jamshid

Dans ce palais ils ont été découverts quatre comprimés d'or et d'argent pur sont et chacun est sculpté un texte en trois langues, vieux perse, élamite et l'akkadien cunéiforme dont la traduction est la suivante: « Le roi Darius, le grand roi , roi des rois, roi de ces terres, le fils de Hystaspe achéménide, Darius, le roi dit: «C'est le domaine que je possède les Scythes qui sont à travers le Sogdiane en Ethiopie, en Inde et en à Sardes qu'Ahuramazda, le plus grand Dieu, m'a donné. Ahuramazda me protège et protège ma famille royale! "
La particularité la plus importante des portiques à l'est et au nord de l'Apadana sont leurs escaliers. Chacun est long mètres 81. L'escalier nord après l'incendie et la destruction de Takht-e Jamshid, a été laissé sur le terrain et alors qu'il a attiré l'attention des visiteurs sur le site, en particulier les touristes européens des derniers siècles, mais a été influencée par des facteurs météorologiques et des nombreux dommages historiques.
Les bas-reliefs de l'escalier oriental, jusqu'à l'année 1932, sont restés enfouis sous la terre, de sorte qu'ils ont été protégés des dommages et, même aujourd'hui, ils sont bien conservés. Les bas-reliefs sont des images symétriques taillées sur le mur du portique nord qui présentent des peuples divers tels que: 1. Medi, 2. Susiani, 3. Armeni, 4. Ariani, 5. Babyloniens, 6. Lidiani, 7. Arachosians of Afghanistan, 8. Assyriens de Mésopotamie, 9. Cappadoci, 10. Egyptiens, 11. Sciti, 12.Ioni, 13. Pièces, 14. Gandhari de la vallée de Kaboul, 15. Battriani (les anciens habitants du Khorasan), 16.Sagarti (à côté du Medi), 17. Sogdiani, 18. Indiens, 19. Traci, 20. Arabes (de Jordanie et de Palestine), 21. Drangiani (les anciens habitants de Sistan), 22. Libici, 23. Ethiopiens.
Sous les bas-reliefs des groupes 19, 20, 21 et 22 et sur une partie triangulaire qui est dérivée de la descente de l'escalier, il est répété le bas-relief du lion qui mord les taureaux et les palmiers. Un lion saute à l'arrière d'un taureau et le mord, c'est une image récurrente dans les bas-reliefs de Takht-e Jamshid.
Les chercheurs qui analysent ce, ont fourni des interprétations différentes qui est associée à la célébration du Nouruz de Nouvel An persan ou « fête nationale et royale », qui était commun depuis les temps anciens et existe encore aujourd'hui.
Sur la droite de ce bas-relief se trouve une gravure sur pierre de Serse en caractères et en ancien persan. Le palais de Dario, au sud-ouest de l'Abadana, est l'un des premiers bâtiments construits sur la terrasse de Takht-e Jamshid et dans l'une des inscriptions, il est appelé le palais Tachara.

Palais Tachara

Celui-ci a été construit à un étage supérieur à celui de l'Aptana et de sa cour adjacente et comporte des colonnes 12. Les recettes de cette salle sont décorés de bas-relief de Darius, le roi et ses nobles, et sur la tête du roi était une inscription en trois langues et trois scripts, élamite et l'akkadien vieux perse qui dit: « Darius le grand roi, le roi des rois, le roi des peuples, fils d'Istaspe, l'Achaemenid qui fit Tachara ".
Dans ce bâtiment, il y a aussi d'autres bas-reliefs montrant des domestiques en portant des animaux et de la vaisselle avec de la nourriture. Les murs du bâtiment sont très lumineux, ce qui signifie qu’on l’appelait aussi la salle des miroirs.
Les experts sont convaincus que, parce que ce bâtiment a été l'une des rares structures qui après la destruction de Takht-e Jamshid était encore évident sur ses murs ont été sculptés inscriptions de Sapor II sassanide et Azadaldouleh Deilami.
Ici, il y a aussi des épigraphes en ancien persan qui témoignent de l'achèvement du bâtiment à l'époque de Xerxès et des ajouts à l'ère d'Artaxerxès III. On pense également qu’au sud du palais de Darius se trouvait un jardin.

Palais "G"

Un espace vide à l’est du palais de Dario, de la taille de 52 × 32, a été appelé palais «G». Ce bâtiment, dont il reste très peu aujourd'hui, a probablement été construit à l'époque de Xerxès et d'Artaxerxès I.
On croit que c'était un édifice religieux et un temple et certains sont également convaincus que cette partie était un jardin ou une autre pièce pour des réceptions ou un palais privé.

Le palais "H"

Le bâtiment "H" est un bâtiment situé dans le coin sud-ouest de la terrasse et sous le palais de Darius. Celui-ci a été construit avec des matériaux à réutiliser et pour cette raison, sa construction est attribuée à Artaxerxes III ou même à la période post-achéménide. Cependant, la nouvelle recherche montre que ce bâtiment appartenait à Artaxerxes I, sur la façade de l’entrée, on trouve ses inscriptions.
Compte tenu de la présence de ceux-ci, il est clair que l'escalier d'Artaxerxes III après la période achéménide du bâtiment "G" a été transféré à l'immeuble "H".
Le palais privé de Xerxès, appelé "Hadish" dans les inscriptions du portique nord, est situé dans la partie sud de la terrasse de Takht-e Jamshid et à l’est du bâtiment "H". C'était près de 18 mètres et sa superficie était deux fois celle du palais de Dario.

Palais "D"

Le hall central était un bâtiment de forme carrée composé de six rangées de six colonnes. Le seuil d'entrée est l'image de Xerxès qui détiennent des serviteurs du parasol royal, serviette et tapette et sur le seuil des petites chambres autour de l'image des serviteurs spéciaux de la cour avec une cheminée, les fils de parfum et « serviette à la main et aux coins des plis partout réel a été gravé son nom dans cunéiforme.
Une zone avec une superficie de 1800 mètres carrés à l'est du palais de Serse était appelée "palais D". Ce qui est présent ici est une haute colline dans laquelle des fouilles ont été trouvées sur les matériaux épars et les morceaux de pierre qui étaient probablement les restes du palais de Xerxès.
Bien qu'il soit considéré comme une salle pour les fêtes des gardes ou un jardin, personne ne croit à l'existence d'un palais dans cet endroit.
Le harem ou le gynécée est un vaste complexe situé dans le coin sud de la terrasse de Takht-e Jamshid.

Harem de Serse

Compte tenu de la structure publique du bâtiment, on l'appelait le lièvre de Serse. La conception est en forme de « L » et angle droit dont une aile est située dans la partie ouest, qui est, au sud du palais de Xerxès et est connu comme section « harem occidental »; une « autre aile est située à l'ouest du Trésor et à l'est du bâtiment « D » et il est la partie qui a été reconstruit et est aujourd'hui le « Musée de Takht-e Jamshid » qui a lieu la partie administrative, une bibliothèque et la fondation de recherche de Perse-Pasargad.
Ce complexe se compose d'unités d'habitation 20 et comprend un petit salon avec quatre colonnes et une ou deux pièces adjacentes. Toutes les unités sont reliées entre elles par des couloirs. La présence d'une seule entrée principale pour entrer et sortir et les murs épais, les chercheurs ont conduit à la théorie que ce complexe était un « sérail » ou un « gynécée », mais pas par l'inscription de Xerxès est aucune indication à ce .
Étant donné que de nombreux objets n'ont pas été trouvés lors des diverses fouilles de ce complexe, on suppose que lors de l'incendie de Takht-e Jamshid, il a été abandonné. Selon d'autres théories, ce bâtiment était un entrepôt, pour certains le palais de la reine et pour d'autres la résidence des dignitaires.
Une grande partie de ce bâtiment est aujourd'hui un musée et en elle, en plus des œuvres trouvés ici sont des œuvres de deux temps préhistoriques et la période islamique. Ce musée a été divisé en trois sections distinctes: la partie principale contient les objets trouvés à Takht-e Jamshid: travaux d'argile, pierre et métal, y compris les tablettes avec des motifs en tête cunéiforme et des conseils du corps des animaux en pierre avec des lances, des flèches, des épées, des harnais de chevaux et de divers plats qui comprennent des plaques, des plateaux, des verres, des vases et des mortiers.
Une autre section porte sur les travaux de la période islamique qui ont été découverts dans les fouilles de la ville antique de Istakhr et parmi eux on peut citer la vaisselle en terre cuite décorée avec des motifs colorés et l'écriture coufique, cruches et non vitrés vaisselle en verre.
Dans une autre section du musée, on trouve des œuvres conservées datant de la préhistoire, telles que: la vaisselle, des statues en terre cuite et des outils en pierre appartenant à la période comprise entre le quatrième et le premier millénaire avant notre ère.
La salle de réunion de ce bâtiment est située au milieu de la terrasse Takht-e Jamshid et à l'extrémité sud de la cour faisant face à l'escalier est du palais Apadana. Ce bâtiment, basé sur les bas-reliefs sur l'escalier est où sont sculptés des dignitaires de la cour dans l'acte de monter les escaliers, il a été appelé la salle du conseil ou du bâtiment.
Comme l'image des domestiques avec une assiette de nourriture est représentée au bord des marches sud de ce bâtiment, il y a aussi la probabilité que ce soit l'endroit où les fêtes ont eu lieu.

"Palais Central" ou "Trypilon"

Ce petit palais se connecte aux autres par trois entrées et des couloirs et pour cette raison, il a également été appelé "palais central" ou "Trypilon" et "Porta dei Re". Certains chercheurs attribuent la construction de ce bâtiment à Darius le Grand, d'autres à Xerxès, et d'autres encore pensent qu'Artaxerxes l'a achevé.
Trois grandes entrées en pierre conduisaient aux arcades et aux salles du hall. Les bas-reliefs de l'entrée nord et sud montrent le roi à la sortie de la salle et le bas-relief de l'entrée est représente le roi sur le trône.
Vingt-huit émissaires des nations soumises à l'appui royal hégémonie achéménide la grande verrière et l'emmener dans la chambre et il a été placé sur un trône royal sur lequel est assis Ardeshir I et son fils après lui est debout. Au-dessus de la canopée il y a un parasol royal avec des franges et volants décorés avec des lions rugissants alignés face à face dans la partie où il y a un cercle ailé (pour signifier la gloire de l'Iran) dans un cadre avec des fleurs de douze pétales.
Au-dessus de la scène est représentée l'image de la "gloire royale" (homme ailé) avec le cercle et la main ouverte étendus. L'ordre des délégations portant le grand baldaquin royal, représenté sur deux fronts symétriques l'un de l'autre, est le suivant: 1. Délégation des Medes, 2. Susiani, 3. Armeni, 4.Ariani, 5. Babyloniens, 6. Lidiani, 7. Arachosians, 8. Assiri, 9. Cappadocien. 10. Egyptiens, 11. Saka avec un chapeau pointu, 12. Grecs d'Asie, 13. Pièces, 14. Gandhari, 15. Battriani, 16. Sagarti, 17. Sogdiani, 18. Chorasmiens, 19. Indiens, 20. Eskudrayyan (de Turquie, nord-est de la Grèce), 21. Peuples du Panjab, 22. Saka adorateurs du haoma, 23. Sciti, 24. Arabes du Val d'Aran, 25. Peuples de l'Est de l'Iran, 26. Libici, 27. Ethiopiens, 28, Scythes, nomades d’Asie centrale, également appelés Massageti.

Le bâtiment du trésor

Le bâtiment du trésor était situé du côté sud-est de la terrasse de Takht-e Jamshid. Il a été construit par Dario en deux phases et complété par Xerxes. Dans certaines sections, il existe des témoignages basés sur la présence d'un deuxième étage, mais la partie principale consistait probablement en un étage et avait une hauteur entre les compteurs 7 et 11.
La grande salle à l'ouest des dimensions de 9 × 11 comptait une rangée de colonnes dont les bases étaient en pierre et leur fût en bois. Sur la base des découvertes archéologiques, les tiges des colonnes ont été enduites et ont montré un mélange de couleurs.
Xerxes a terminé la grande salle du nord du trésor appelée les colonnes 99, mais un chercheur pense que cette salle était la salle du trône de Dari. Le trésor de Takht-e Jamshid a été saccagé et brûlé par les Macédoniens avec ses autres parties.
Selon les historiens faisant autorité, Alexandre se trouva dans le trésor d'une grande quantité d'or, d'argent et des objets de valeur qui, selon un chercheur iranien « de transférer à un autre endroit plus sûr ces résultats et enlever le trésor Dario et ses successeurs étaient nécessaires 3 mille chameaux et beaucoup de mulets de Suse et de Babol ".
Ce chercheur a écrit aussi sur la cause de l'e-Jamshid Takht, « Alexander arrêté à Takht-e Jamshid pendant deux mois, puis, malgré les conseils de son conseiller Parménion sage aîné, a appelé le feu à la citadelle royale, la détruire.
La raison de cet acte ne doit pas être attribuée à l'ivresse, ni le fait qu'il était hors de la SE comme certains écrivains ont dit pour la justifier et même le plaisir de la vengeance sur cette Xerxès avait brûlé Athènes. Alexander était pas encore beaucoup et réduit en esclavage à des prostituées à démolir à cause de Thaiss, prostituée d'Athènes, la magnifique citadelle qui lui appartenait et son éducation grecque ne risquait pas d'être appelé « héros d'Athènes »; la vraie raison qui l'a conduit à mettre le feu à Persépolis devait être vu comment les Perses avaient construit une magnifique capitale, centre religieux et national à cet endroit et aussi longtemps qu'il est resté debout, leur espoir aurait été de maintenir en vie la État achéménide et préservation des coutumes nationales ... cela l'a incité à mettre le feu à la ville intentionnellement et dans une frénésie ".
Mais au cours des siècles, au cours des fouilles archéologiques, des objets de valeur ont été trouvés. Parmi eux on peut citer le bol avec l'inscription d'Assurbanipal, les plats en marbre avec le nom du pharaon Neco et Amosis, un objet égyptien et grec, une vaisselle, une grande quantité de flèches métalliques, fers de lance et ainsi de suite
En plus de ces objets, l'une des découvertes les plus importantes dans le trésor de Takht-e Jamshid est la découverte de 750 tablettes d'argile similaires aux phoques sur les côtés qui a été écrit, par écrit et dans la langue élamite, un texte sur les travailleurs, les constructeurs, sur les employeurs, la méthode et le montant de leur salaire.
Après la découverte de ces tablettes, en plus des marques Takht-e Jamshid et plus ou moins exhaustive des rapports des écrivains grecs et byzantins, une autre source de première main est ajoutée aux sources d'études achéménides. Dans le 1936 dans le trésor de Takht-e Jamshid ont trouvé deux grands bas-relief presque 6 mètres de long et toujours le meilleur exemple de ces aujourd'hui intact est conservé au Musée national d'Iran à Téhéran et l'autre à sa place d'origine dans le trésor de Takht-e Jamshid.
Ce bas-relief montre le roi assis sur le trône, un bâton à la main droite et une fleur à sa gauche. Derrière lui, il y a son fils, un domestique, un porte-fusil de taille moyenne et deux gardes persans debout. Devant le roi, il y a deux porteurs d'encens et derrière eux un officier moyen avec une main devant sa bouche en signe de respect et deux gardes perses.
Pendant longtemps, tous les chercheurs sont d'avis que le roi assis sur le trône en relief était Darius le Grand et celui qui se tient derrière lui Xerxès, mais les archéologues pendant les travaux de restauration, ont compris que ces sculptures ont été à l'origine situés dell'Apadana l'escalier et ils ont ensuite été transférés au Trésor et ont été mis en place des reliefs actuels ou l'image d'une moyenne dignitaire entrecoupées d'un persan; Ce fait signifie que les experts estiment que ces bas-reliefs montrent Xerxès et son fils aîné Darius II.

"Hall du Trône"

Le palais des colonnes 100 que certains appellent le « Salle du Trône » Podium « et » Xerxès la salle d'audience « est situé au nord du trésor et à l'est du Palais Apadana et avait une superficie de près 4700 mètres carrés. Bien que la hauteur de ses colonnes ait été estimée à 14, elle est cependant plus petite que celle des colonnes de l'Apadana.
La présence de colonnes 100 dans la salle carrée centrale de ce bâtiment signifiait qu’elle s’appelait la salle ou le palais des colonnes 100. Le bâtiment a été commencé à l'époque de Xerxes autour de 470 BC et s'est achevé à l'époque de son fils Artaxerxes I, autour de 450 BC
De chaque côté il y a deux entrées dont la porte a été décorée de bas-reliefs. La scène de l'auditoire est répétée quatre fois de chaque côté des deux entrées nord qui sont plus hautes que les autres.
Au cours de cette scène, Artaxerxès est assis sur le trône royal, le visage tourné vers l'extérieur. En face de lui, deux porteurs d’encens et un officier moyen incliné en avant, le bâton du personnel de cérémonie et l’autre devant sa bouche, en signe de respect.
Derrière lui, il y a un homme debout d'origine persane. Il y a trois personnes derrière le roi. L'un d'eux était un eunuque de la cour, une main tenant une tapette au-dessus de la couronne royale et de l'autre, une serviette.
La deuxième personne est une personne intermédiaire qui porte un carquois, un porte-flèche et une hallebarde et d'autres armes du roi. La troisième personne est un soldat persan debout avec une lance à la main. La scène entière est entourée d'un cadre de fleurs avec des pétales 12 et au-dessus de la tête du roi on peut voir le coin décoré du parasol royal.
En plus de cela dans chaque entrée sont des portraits de groupes de soldats 5 10 (dans le fichier 5 l'un en face de l'autre) et donc deux entrées 100 colonnes un ensemble de soldats dans le fichier 100 10 10 des personnes qui d'une certaine manière ils sont des indicateurs de la relation entre les colonnes et les soldats 100 100 sur laquelle ils se reposaient la couronne et le trône royal.
petites entrées des murs ouest et est (ou selon certains « courage royal » ou « Pahlevan, cadeaux héros ») montrent le roi tout en luttant avec le lion, le démon et des créatures surnaturelles. Les entrées au sud montrent "les représentants des nations qui soutiennent le grand trône royal". Ce sont les mêmes dont l’image a été imprimée à l’entrée est du bâtiment du conseil mais ici, ils sont représentés en deux groupes de 14.
En ce qui concerne la fonction de ce bâtiment, le point de vue des chercheurs est différent. Certains désignent ce palais-palais du trône et le considèrent comme étant utilisé pour la conservation et l’exposition des trésors royaux.
Certains pensent que cette salle a été utilisée pour la commémoration de la garnison et un chercheur iranien a appelé ce bâtiment "salle des braves". Devant la cour du palais 100, il y a des traces d'une porte dont les travaux de construction, basés sur les preuves présentes, n'ont pas été achevés et laissés dans la moitié. Cela s'appelait "porte inachevée".
La conception complète de cette porte ressemble à celle des nations, à la différence près qu’il y avait de part et d’autre deux longues salles qui avaient probablement été considérées comme la résidence des gardes.
Au pied de la montagne Rahmat et près de la terrasse de Takht-e Jamshid, jusqu'à 40 mètres, vous voyez deux tombes rupestres à propos « Artaxerxès II » et « Artaxerxès III », mais on ne sait pas ce que la tombe appartient à laquelle « Artaxerxès » .
La tombe attribuée à Darius III est également située derrière une colline au sud de la terrasse de Takht-e Jamshid et a été laissée inachevée. Ces tombes du point de vue structurel ont une forme et des caractéristiques relativement communes. La façade de chacun se présente sous la forme d'une croix ou de quatre bras avec une surface presque égale.

Partager