Mauro Vitale

Sensations du voyage en Iran

Le voyage est ma passion, j'essaie de partir quand je le peux.
Je suis fasciné par les lieux et surtout par les peuples. Au cours de mes explorations, j'ai rencontré des paysages magnifiques, des villes riches en culture, reste d’anciennes civilisations et ma mémoire reste profondément imprégnée de tout cela. Je pars pour aller dans des endroits, des villes, des nations, mais avec l'Iran, tout est différent: je pars à la rencontre des Iraniens.
Le peuple iranien m'enchante et m'attire sous tous ses aspects; les premières fois je suis resté ensorcelés par son hospitalité, la disponibilité, et maintenant que je suis sur mon sixième voyage à ces endroits continuant d'enregistrer la même fascination et vous devez donner une réponse rationnelle à tout cela.
Mon sixième voyage a ajouté une pièce fondamentale pour comprendre ce peuple.
Dans les humbles Siachador le chef de famille qashqai il m'a offert tout ce qui était le plus sacré, une place sur son tapis, le nourriture, hospitalité pour la nuit. Dans le mariage talysh, rencontré dans les montagnes d’Elburz lors de l’expédition du troisième voyage, nous sommes devenus le centre de l’attention et nous risquons même de ternir les époux. Téhéran Dans la salle de concert Vahdat cultivée et très raffinée, je me retrouve assis au premier rang à côté du célèbre compositeur Aliresa Mashayekhi, auteur de la musique de concert, la même musique que j'entends souvent dans les théâtres italiens, autrichiens et hongrois et que je croyais manquant dans celui-ci Téhéran saturé de bruit et pas de son.
C’est une société extrêmement hétérogène cet Iranien qui passe populations nomades où les idéogrammes sui tapis sont l’une des rares formes d’expression intellectuelle lors de l’exposition personnelle de Ali Akbar Sadeghi, qui m’enregistre dans ce sixième séjour dans le splendide espace de Musée du contemporain de Téhéran Art
Je vais aller au vernissage de notre exposition "Peuples et terres de laine«À la galerie Nami du forum et je me retrouve perdu dans la foule monochrome qui afflue dans la station Ferdowsi du métro de Téhéran. La première sensation est celle de la dépersonnalisation, typique de tous les lieux surpeuplés de nos métropoles; environnements où l'indifférence détruit les relations entre les gens. Dégoûté au début, j’ai le sentiment d’être invisible et que, finalement, ici aussi, tout est considéré comme notre "patrie", mais le déjà-vu-vu a une courte durée et le seul fait d’être identifié comme occidental brise ce mur de l’indifférence.

"D'où viens-tu", telle est la question qui me cible de nombreuses fois, et ce n'est presque jamais une fin en soi; devient souvent un picklock pour annuler les distances et construire immédiatement une connexion. J'ai toujours essayé d'éviter ce genre d'approche anticipative des pièges probables, mais inévitablement, en Iran, il ne semble y avoir aucune fraude, tromperie, simulation. C'est précisément cette considération utopique qui m'a conduit à une analyse plus désenchantée.
Les Iraniens ressentent un besoin spasmodique de mettre en évidence ce côté de la sphère des sentiments trop souvent réprimé et obscurci en Occident par la propagande pro-sioniste.
La Culture persane elle a des racines très anciennes et le patrimoine génétique de ce peuple est profondément imprégné; on ne peut pas enlever des millénaires d'histoire, une histoire qui a des origines communes aux nôtres; Les Iraniens sont conscients de tout cela et veulent fièrement le manifester. Le contact avec l'Occident, et avec nous en particulier les Italiens, devient un moment englobant auquel sacrifier son temps, une sorte de rituel solennel et exclusif, qui conduit à laisser de côté le reste. Une rencontre éphémère se traduit souvent par une expérience inoubliable, la disponibilité revêt les caractéristiques d'un cadeau fait pour effacer des distances, pour nouer des relations durables.
Lors de notre exposition est réservé l'honneur d'ouvrir le "15 ° immage de l'année-Tassvir Film", sont présents le vice-ministre de la Culture, une délégation de l'ambassade d'Italie à Téhéran; Les médias les plus importants nous interrogent, ils nous informent que nous devrons assister à des séminaires et des conférences.
Tout ce qui tourne autour de la culture a un poids prépondérant dans la vie des Iraniens; leurs mythes sont les poètes Hafez, Ferdowsi, Umar Khayyam. La peinture, la photographie et les arts visuels ont généralement une diffusion capillaire.
Notre projet fait l'hypothèse d'une juxtaposition audacieuse entre les coutumes et habitudes des nomades qashqai et talysh avec la transhumance pratiquée par les bergers italiens à travers le tratturo qui traverse les Abruzzes, Molise et les Pouilles. L'idée provient plus de sensations que de fondements scientifiques et donc facilement réfutée, notamment pour la présence d'experts de la culture nomade iranienne intervenus dans la présentation. Habitué à l'antagonisme des expériences antérieures en Italie, j'avoue avoir craint des questions pour réfuter notre thèse, mais l'intérêt de tous s'est immédiatement tourné vers l'approfondissement des possibles points de communion entre ces géographiquement éloignés, ignorant les différences.
Nous partons avec l'intention de poursuivre la recherche sur d'autres groupes ethniques tels que les Turkmènes et les Bakhtiari.
J'ai l'impression qu'ils sont une invitation dictée plus par une impulsion émotionnelle que par une raison scientifique. Mon empressement à explorer d'autres mondes va souffrir mais je suis sûr que je peux accepter ce renoncement sans regret.

Mauro Vitale

Partager
Sans catégorie