Anna Carotenuto

Voyage en Iran 15 Octobre 2019

Il faut dire que la présence d'un couple d'amis iraniens, Dadmehr et Haeidhe, qui vivent en Italie depuis des années et qui sont des gens exquis, cultivés et ouverts, amoureux de leur pays d'origine, a contribué au succès de notre voyage en Iran. qui sont restés dans leur cœur à travers les tapis qui illuminent leur boutique et représentent des fils invisibles qui les maintiennent attachés à leurs racines. Tous deux ont simplifié notre chemin et ouvert les maisons de leurs amis et parents qui nous ont accueillis avec un sens de l'hospitalité rare et généreux.

Le voyage a suivi l'itinéraire classique des hauts plateaux de Téhéran à Shiraz, d'abord en avion, puis en bus sur le chemin du retour, vers la capitale. Nous sommes partis d'Italie avec un groupe soudé de dix personnes.

Les étapes: Téhéran, Shiraz, Pasargades, Yazd, lsfahan, Nain, Kashan, Qom, Téhéran. Que restera-t-il de ce voyage dans nos mémoires?

Le beau climat sec et sucré d'octobre, le parfum des roses présent partout, des confitures aux boissons fraîches qui étanchaient notre soif le soir dans les hôtels, les dattes douces, les pistaches fraîches, le Sangak, le pain focaccia cuit sur des galets, un thé spécial dégusté avec des bâtonnets de cristal de sucre.

Et encore les «tours du silence» et les «tours à vent» qui ont ramené à un passé préislamique marqué par la sagesse de Zarathoustra, les paysages larges et sans limites vus au retour qui alternaient des lieux désertiques avec des visions de très hautes montagnes aux roches irisées qui ils allaient du rouge ocre au vert foncé.

Et encore les couleurs gaies des majoliques des mosquées et des mausolées, l'émotion de partager en elles un sentiment d'appartenance à un Dieu unique qui est toujours le même mais qui peut être vénéré de différentes manières.

Nous ne pouvons oublier Persépolis qui est là pour nous rappeler la grandeur de l'ancienne Perse et le passé imposant de l'un des premiers grands empires de l'histoire; la vue unique du tombeau de Ciro le grand à Pasargades et de Darius et Xerxès dans la nécropole rocheuse de Naqsh-e-Rostane restera dans nos mémoires.
Le foulard à enfiler avant de partir était un problème pour nous les femmes, parce que l'idée même de le porter se heurtait à notre mentalité de femmes occidentales libres; nous l'avons porté, dans notre expérience passagère, avec créativité et joie, rivalisant pour le changer et l'attacher dans des formes toujours nouvelles et originales.

Le culte des Iraniens pour leurs poètes est inimaginable: leurs vers sont gravés sur les murs, ornent les mosaïques des mosquées, sont imprimés sur des vêtements, des foulards, sont présents dans les lieux publics les plus disparates. Il est émouvant de voir autant de personnes aller visiter les tombes des grands où ils redécouvrent le sens de leur histoire et redécouvrent leur identité. Notre Moyen Âge a été la période la plus fertile pour la poésie persane: les plus grands noms étaient ceux de Ferdusi, le persan Dante et de Hafez, poète mystique auteur d'un célèbre recueil de chansons.
Nous avons eu l'honneur de rencontrer à Téhéran l'un des plus grands maîtres vivants de l'art du tapis, Seyed Mousavi Sirat. Expert en art figuratif, il a créé une œuvre précieuse qui dépeint "les derniers jours de Pompéi" qui a nécessité treize ans de travail minutieux en raison de la complexité du sujet et de la texture composée de nuances imperceptibles de couleurs et de reflets.

A lsfahan et à Téhéran, il nous a semblé être dans l'une des nombreuses villes européennes pleines de verdure, d'architecture audacieuse, de larges avenues relaxantes mais aussi de circulation impossible. Nous avons vu ici une jeunesse vivante et accueillante qui frémit du désir de vivre et de participer aux grands changements du monde contemporain.

Quelques problèmes: les échappements des moteurs des voitures, l'obligation de cash pour les achats .

 Anna Carotenuto

Partager
Sans catégorie