La Constitution de la République islamique d'Iran

Approuvé dans le 1980 - Révisé dans le 1989

QUATRIÈME PARTIE - Affaires économiques et financières

Article 43

Afin de garantir l'indépendance économique de la société iranienne, éradiquer la pauvreté et de la misère et de plus en plus étendue pour répondre aux besoins de l'individu, dans la préservation de sa dignité, l'économie de la République islamique est fondée sur les principes suivants :

1) Satisfaire les besoins primaires de tous: logement, nourriture, vêtements, hygiène publique, soins de santé, éducation et conditions essentielles à la formation d'une famille.

2) Garantie pour toutes les possibilités et opportunités d'emploi afin de réaliser le plein emploi; garantie de l'emploi signifie pour tous ceux qui, tout en étant en mesure de travailler, ne pas ces instruments, à travers des formes de coopération, les prêts sans intérêt ou toute autre action en justice, de telle sorte qu'il empêche la concentration de la richesse entre les mains de individus ou groupes, et que l'Etat ne devienne pas l'employeur unique et absolu. Ce principe doit être appliqué en stricte corrélation avec les priorités urgentes requises par la gestion et la planification de l'économie générale dans toutes ses phases de développement.

3) Programmation de l'économie du pays afin de réglementer le système d'emploi et les heures de travail afin que chaque individu, ainsi que l'exercice des fonctions professionnelles, être assurés l'occasion et de consacrer suffisamment d'énergie à la formation de sa personnalité sur le plan spirituel, social et politique, à participer activement à la gestion du pays et à développer ses propres capacités et son propre esprit d'initiative.

4) Respect du droit de l'individu à choisir librement l'occupation souhaitée, interdiction de l'obligation de l'individu d'accomplir un travail spécifique, refus d'exploiter le travail d'autrui.

5) Interdiction de causer du tort à autrui; interdiction du monopole, de la spéculation, de l'usure et d'autres transactions illicites.

6) Interdiction de la dissipation des ressources dans tous les secteurs de l'économie, y compris la consommation, l'investissement, la production, la distribution et les services.

7) Utilisation de méthodes, de découvertes et d'inventions scientifiques et technologiques; l'éducation et la préparation de personnes capables, basées sur les besoins du développement du pays et le progrès économique.

8) Rejet et entrave à la domination de l'économie nationale et à son exploitation par des forces étrangères.

9) L'engagement particulier au développement de la production agricole, l'élevage et l'industrie, afin d'assurer la satisfaction des besoins nationaux et de diriger le pays à l'autosuffisance et l'indépendance économique.

Article 44

L'économie de la République islamique d'Iran repose sur trois secteurs: État, coopératif et privé. Le secteur public comprend toutes les industries principales, les industries primaires, le commerce extérieur, les grandes mines, les banques, les assurances, les sources d'énergie, les grands barrages et les systèmes d'irrigation, la radio et la télévision, les services postaux, les télégraphes et la téléphonie, l'aviation, la navigation, les chemins de fer et les routes, c'est-à-dire ce qui est un actif collectif disponible pour la gestion publique. Le secteur coopératif comprend les entreprises et les sociétés de production et de distribution coopératives établies dans les villes et les centres plus petits selon les normes islamiques. Le secteur privé comprend les secteurs de l'agriculture, de l'industrie, de l'élevage, du commerce et des services qui complètent les activités des secteurs public et coopératif. Dans chacun des trois secteurs de la propriété, lorsque cela est compatible avec les autres articles de ce titre, est conforme aux lois islamiques, fonctionnelle au progrès économique et le développement du pays, sans nocimento à la société, il est entièrement protégé par la loi en République islamique d'Iran . Les détails concernant les règles, les conditions et les limites de fonctionnement des activités des secteurs susmentionnés sont fixés conformément à la loi.

Article 45

Ressources naturelles et richesse nationale, y compris les terres incultes ou désertiques, les mines, les mers, les lacs, les marécages, les rivières et autres cours d'eau, les forêts, les forêts naturelles, les pâturages libres , les legs sans héritiers, le propriétaire inconnu des biens et des biens collectifs confisqués aux usurpateurs sont à la disposition de l'Etat islamique, qui a la tâche d'en disposer en faveur de l'intérêt de la nation. Les modalités et les conditions d'utilisation de chaque partie des actifs susmentionnés sont établies conformément à la loi.

Article 46

Tout le monde est le propriétaire du fruit de son propre travail légitime. Personne ne peut revendiquer le droit de posséder les fruits de son travail pour priver les autres de la possibilité de travailler et d'entreprendre.

Article 47

La propriété privée, à condition qu'elle soit acquise par des moyens légaux, est respectée. Les règles à cet égard sont déterminées par la loi.

Article 48

Dans l'exploitation des ressources naturelles, l'utilisation du revenu national au niveau régional, la répartition de l'activité économique entre les régions et les différentes parties du pays est interdite toute discrimination, de sorte que chaque région ait accès au capital et les facilités nécessaires en fonction de la besoins et potentiel de développement.

Article 49

Le gouvernement a le devoir de confisquer toute la richesse provient des activités d'usure, détournement de fonds, corruption, détournement de fonds, le vol, le jeu, l'exploitation illicite des mowqufe14, des contrats de l'Etat et des transactions, la vente illégale de terres incultes et des ressources naturelles , des centres de corruption et d'autres activités illicites, et de le rendre à son propriétaire légitime; si cela n'est pas connu, les richesses ci-dessus sont assignées au Trésor. Cette disposition doit être appliquée une fois que toutes les enquêtes nécessaires ont été effectuées et que les preuves pertinentes ont été acquises, conformément aux normes religieuses.

Article 50

En République islamique, la protection de l'environnement naturel, dans lequel les générations présentes et futures doivent mener une vie sociale en développement constant, est du devoir de chacun. Par conséquent, toutes les activités économiques ou autres génératrices de pollution ou de destruction irréversible de l'environnement sont interdites.

Article 51

Aucune imposition ne peut être imposée en dehors de la loi. Les cas d'exemption, d'amnistie et de réduction des impôts sont déterminés par la loi.

Article 52

Le budget national annuel sera établi par le gouvernement et soumis à l'approbation de l'Assemblée islamique de la manière prescrite par la loi. Toute modification des états financiers sera également soumise aux procédures établies par la loi.

Article 53

Tous les revenus du gouvernement doivent être enregistrés dans la comptabilité générale du Trésor. Toutes les dépenses doivent être effectuées dans les limites des crédits appropriés conformément à la loi.

Article 54

La Cour des comptes est directement supervisée par l'Assemblée islamique. Les bureaux, l'organisation et l'administration de l'entreprise concernée à la Cour des comptes sont établis conformément à la loi à Téhéran et dans les capitales régionales.

Article 55

La Cour des comptes, tel que prévu par la loi, révise et surveille les comptes des ministères, des organismes publics, la Société de droit public et d'autres organisations dans une mesure utiliser des fonds au budget de l'Etat. La Cour s'assure qu'aucune dépense ne dépasse les crédits approuvés et que chaque somme est dépensée aux fins prévues. La Cour recueille la comptabilité et la documentation connexe et soumet chaque année à l'Assemblée islamique l'état détaillé du budget, accompagné de sa propre évaluation. Cette déclaration doit être mise à la disposition du public.


Partager