GENERES ET STYLES D'ECRITURE.

Prof. Angelo Michele Piemontese

Au début c'était le Kufi que "comme le rince-œil illumine la vue des érudits", alors le vizir abbide Ibn Muqla (M. 940) a élaboré les Six Écritures (aqlam-i sitta) dérivés: Tult, nasb, rayban, mubaqqaq, tawqi, riga, avec les Mongols (1250 dc) est apparu le persan taliq   jaillit des deux derniers, enfin le Nastaliq: ainsi lit le schéma traditionnel des traités calligraphiques persans. L'histoire de l'évolution de l'écriture arabe est naturellement plus complexe.

La nature organique du système semble se situer au 6ème siècle d. C., celui avant l'Islam. Au cours du premier califat, l'omayyad (650-750 dc), a couru les caractères du diplomate Galil 'eccelsa' (le père de toutes les écritures), et de l'cancelleresche induite tumar  rouler, nisf meta, Tult "Un troisième", auquel le persan est ajouté plus tard DIBAG: ar. tumar "Roll"; capsule (d'amulette). Parchemin (tamaro 'enterrer'), 'petit tome; papier ',' coupé, morceau; volume de rouleau; Volume « ; ar. DIBAG (aussi pers  Diba) «tissu de soie, brocart», dibaga « Avant-propos; frontispice »(également pour dibaca).

La période du califat abbasside qui a suivi a été cruciale dans la formation de toute la civilisation arabo-islamique: son centre géopolitique, l'Irak, forge vivante de la nouvelle culture du monde; la capitale fraîche, Bagdad, vraiment un «cadeau de Dieu» comme son nom iranien l'indique. Les changements décisifs de l'écriture sont produits (750-950 après JC), donc théorisés dans le traitement; perfectionnés, les principes alors élaborés sont restés valables jusqu'à l'arrivée des Mongols pour qu'il concerne la Perse, quand une autre ère a commencé pour l'art de l'écriture et la production du livre, dont toute la splendeur était avec l'humanisme timuride ). Les magnifiques réalisations de Timurd ont déterminé les lignes directrices des écoles d'écriture et de livre safavide et moghole (Perse et Inde, XVIe-XVIIe siècle; la même chose pour les Ottomans) et Qagiara (Perse, XIXe siècle; le XVIIIe, l'illumination pour nous, était l'obscurantisme pour eux, semble-t-il): chacun suivait des goûts caractéristiques qui lui étaient propres. Les grands centres qui ont affecté la Perse, le Caire, Bagdad, Tabriz, Ispahan, Shiraz, Mashhad, Herat. Mais une grande partie, trop de la période ancienne, pré-mongole, a été perdue.

  1. Kufi. Puisque la foi consacre l'écriture, et que la première est consacrée à entrer dans le livre, elle fut aussi la première canonisée avec la codification coranique (VIII-IX siècle). C'est le kufi 'cufic' unique parmi toutes les écritures islamiques pour prendre son nom d'un lieu de sa naissance: la ville de Kufa (Sud-ouest de l'Irak, au bord de la route de l'Arabie), fondée à l'aube de la conquête par une colonie arabe (638 après JC). D'origine épigraphique, dotée de l'autorité symbolique monumentale, adaptable au parchemin, c'était la seule écriture des Corans du début (c. VIII-milieu du X siècle).

Le coufique n'était pas exactement idéal pour ses fins, présentant: un nombre et un type limités de lettres, en embryon, contractées et uniformes, dépourvues de points diacritiques et indéchiffrables. Le Coran l'a dissous, distingué, enroulé; corps de caractères écrasés sur le bâton, statiques, tracés noirs (comme ce sera dans toutes les écritures) et solides, «frottant» d'une écorce volumineuse, d'exécution lente; effet recherché: solennité hiératique, embellie et un peu animée par les ornements. Épuré, rogné, dans l'angle, marqué par le coufique, écriture de type «posé», il conservait l'immobilité et le déséquilibre, entre le registre linéaire compact et le registre supérieur de la bande presque vide, congénital; cédé la place à nashi, qui semble s'en détacher, comme une épine dorsale du boîtier (X-XI siècle). Alors que les Corans accueillent d'autres écritures plus rapides, en phase avec le mouvement de diffusion de la foi, le coufique est détourné vers la façade et les parties ornementales du livre: ajout de palmettes en haut, crochets en bas, encerclant avec un fond de mise en page à les bobines végétales camouflaient sa lourdeur d'origine, "le déplaçant" dans la bande rayée. C'était le modèle du traitement classique des rubriques dans les Corans et les livres de luxe: l'écriture accrochée, en particulier le Tult dans un champ de volutes de légumes, éventuellement taché de petites fleurs et de folioles.

Les progrès de la croissance exécutive et ornementale de Kufic, enregistrés sur le moyen papier, a stimulé son développement artistique sur le marbre, la brique, le stuc, la céramique, le métal et le tissu, où il était plutôt flexible et riche en gammes: rectangulaire, fleuri, brodé, rond, stylisé, voire `` glissant '' (en céramique). Voué à l'impériosité et à la pétrification, le coufique trouve son véritable épanouissement dans l'épigraphie monumentale et l'ornementation architecturale, où il est solide, marqué, d'une extraordinaire longévité, un peu comme la capitale romaine carrée. L'écriture de type idéologique, préférée par la mosquée, grimpe sur les pinacles, se détache sur les façades et les murs, se blottit dans les tuiles, exprime les idéaux et les dynasties des dynasties (comme le Ghaznavide d'Iran, XI-XII siècle): son les variétés classiques, seules, sont définies par les régions politiques; certains ornements, et des rubriques du livre (où il fut utilisé jusqu'au XVe siècle), ont un caractère proche du gothique, qui selon certains auteurs en aurait tiré son élan (voir; rappelez-vous aussi le contact probable entre l'écriture arabe et l'écriture latine dans le cas de la "cursive mozarabe").

  1. muhaqqaq. Simultanément à la formation de la minuscule caroline dans les curies du royaume franc, les chancelleries de l'Empire arabe ont travaillé à l'élaboration d'une cursive émancipée de l'ancienne couverture des scribes et des tailleurs de pierre. Les employés omeyyades étaient grands et trapus (le tumar et les compagnons exigeaient d'énormes calamis) avec peu de fonctionnalités, mais sous le calife Abbasid Harun al-Rascid, la portée de la diplomatie musulmane s'était étendue, en utilisant la carte, des T'ang à Charlemagne. Le «califal» irakien, le muhaqqaq « Terminé ». 

C'est une écriture compacte, silhouettée, décisive, aérienne. Aiguise les dents des graphèmes (classe IV), fait tourner les œillets (III, V-VI, VIII), allonge les lacets tendus (VII-VIII), cambre les queues, enfonce les sections sous la ligne du bâton (XII-XIII) les faisant ensuite s'élever avec des ramifications en forme de crochet, percer le tout avec de hautes tiges perpendiculaires (Vb, IX-X), le constellant d'une ponction rhomboïde claire. Résultat, dans la phase de maturité: des barres verticales (au-dessus) reposant à grand angle sur l'axe de glissement, où elles se déplient dans les ondulations des nœuds (centre, base), ou se nouent à la limite opposée des sabres (en dessous de la ligne de la portée) ; la vente aux enchères dealif il agit comme un sextant ou un gouvernail, marque les espaces inter-littéraux, compresse les coins, définit la hauteur du fascia. Majestueux en conformation, impétueux pour les traits "brushing", le muhaqqaq c'était l'écriture préférée des Corans de grand format, marquant peut-être l'apex de la cursive (XIIIe-XIVe siècles), mais grandissant trop dans l'expansion des espaces et l'allongement des dentelles, et tirant derrière l'éclosion dense du coufique, dont la courtoisie liturgique est resté inégalé. Déchets excessifs car ce "cubital" a fait un long chemin, ne serait-ce que décoratif, sur le chemin du livre, qui l'a finalement rejeté au profit de Tult.

Puisque le système ne prévoit pas la différenciation du graphème en majuscules et en minuscules le long du syntagme, ni d'interpénétration, il est remédié à la gradation de l'échelle du module sur différentes mesures: gali brillant, radieux, ostentatoire; plein ', génial; Hafi niché, caché; mince », minute; Guhar `` poudre '': très minuscule, au point d'être reconnaissable à l'œil arrosé de gouttes oculaires, en l'absence de loupe, et plutôt plaisir, divertissement calligraphique dans lequel le nashi, pas pour rien la plus ordonnée des Écritures. Cependant, la variation d'échelle est autorisée, pratiquée, dans différentes parties du livre (les titres / le texte), ce qui implique et n'accepte généralement qu'une seule, la médiane entre les Hafi e gali, donc anonyme, sauf si vous avez un texte mixte ou bilingue (ex. dictionnaire, commentaire, arabe-persan, turc-persan).

Aussi, dans ce cas, c'est une bonne idée d'utiliser une orthographe dans un corps plus grand pour le texte principal, et une autre dans un corps mineur (ex. nashi e sekaste) pour le secondaire, à l'encre également noire, ou rouge pour le texte glacé; c'est une règle courante d'écrire en une seule orthographe, échelle et couleur, comme l'exige le besoin fondamental de compacité du système, se limitant à un recouvrement rouge des mots / phrases rappelés.

Le bicolore noir (texte ordinaire et principal) / rouge (texte secondaire ou particulier, membre exceptionnel du premier) assure l'alternance graphique, avec beaucoup plus de clarté que le "tondo / italic" de nos livres imprimés, comme sur la feuille blanche brillante de ces manuscrits persans se distinguent par le contraste le plus net, plus lumineux à l'œil, traçage noir continu / pointe rouge (voir les incunables grecs en rouge et noir, les mots d'ouverture + / explicite du mss. Late-antique en alternant rouge et noir etc.). (. Par exemple, pour commodément espacer les lignes du poème) Bien sûr, toujours dans des titres et glossature, hôtels de luxe de livres à des encres ou des inscriptions peintes de couleur, et d'autres petits détails de gaufrage de fleurs, mais les frais est également ici: texte net, solide, noir , continue, points et lignes rouges.

le livre sélectionne les écritures produites par le système, et répartit les tâches, ne pas rejeter a priori aucune (arrivée, ou sont affectés, au livre après le test du Livre) Comme on le voit à partir coufique ,. Les non coordonnés, volumineux, disgracieux, coquettes ou intimidants, sont désavantagés, se retrouvent dans les espaces prévus pour les rubriques et les cartouches. la rayhan 'basilic' ou Rihani «Basilica», un dérivé à petite échelle de la muhaqqaq, donc c'est économique, ça amortit l'extraversion: ça limite l'espacement sur le bâton, ça modère les lacets et les coups, mais, avec ce nom, ça ne corrige certainement pas son approche exubérante. A court terme, elle termine elle aussi sa carrière avec le degré de retraités du livre de luxe: ornementation de colonnes et de titres.      

  1. Tult. Aussi rubricata cela, parmi les étriers d'échelles chromatiques avait émergé le Tult (o tulut, «un troisième», il n'est pas clair par rapport à quoi: peut-être, l'inclinaison des traits verticaux des graphèmes par rapport à la ligne de la portée; selon certains, ⅓ est la forme originale de cette écriture par rapport à la mesure du rouleau de papyrus traditionnel, cm. 14.5X18). Entre l'extension des coupes horizontales et l'élévation des verticales, on reste dans l'exagération typologique de muhaqqaqet, contre la finitude de ceci, sur la branche de la maladresse.

Le délabré, cependant, fait des désordres sans harcèlement: déplacer les eaux, faire de la couleur, apporter de la joie. Disproportionné, mal placé, le Tult tient ainsi le rythme grâce à sa souplesse: l'ondulation du muhaqqaq sur la ligne médiane, il s'étend à l'ensemble du canal, avec une caractérisation et une homogénéité générales. Les lacets des graphèmes sont maintenant pliés et étirés (courbés, contractés, allongés) à volonté dans le sens du tracé (avant gauche), ce qui favorise en effet, en raison de la possibilité de superposer les éléments graphiques finaux d'une bande avec des lettres ou des traits qui laissent un espace vide à droite, et pour préparer un mouvement d'accordéon, avec lequel le jeu d'espacement est garanti.

Mais la malléabilité, si elle convient dans une seule bande d'écriture, dans le remplissage d'une première ligne, ne peut pas être reproduite en succession infinie, comme dans la véritable cursive, qui est assignée par la loi d'uniformité. S'il ne l'a pas trouvé, le livre a en retour l'index adapté à ses parties représentatives, le standard du cartouche, où le Tult il y avait un endroit fixe ou prédominant, et une utilisation ininterrompue; primauté parmi les sœurs aqlàm-ì sitta, qui n'a même pas touché l'italique idéal nashi, longtemps désuetude, provoque un renouveau du goût du livre persan. Comme toute écriture ornementale qui se respecte, la Tult servi décoration monumentale et artistique; dans l'âge de Timurido-Safavid, exécuté sur des tuiles vernissées, c'était le Gali tout court, et souvent la variante musalsal «enchaîné».

Traversée de Tult et de la 'cancelleresca' (Diwani) Persan ressemble à la Tuğra, l'enchaîné par excellence, signature monumentale aux encres de couleurs précieuses, icône sinueuse, pyramide d'écriture et papier des empereurs safavides et, surtout, des Ottomans (mais aussi, à l'encre noire, des règoli, gouverneurs et vizirs), qui parfois se faufile dans la fermeture du livre pompeux. Ici, dans le colophon où il s'agit d'une signature autographiée, typiquement dans les Corans grand format, il y a généralement d'autres écritures de cartouche, induites par le tult: tawqi 'enregistrement, annotation, signature', et sa variante à petite échelle riqa « (De) la pièce, coupon, billet », exercé par les calligraphes de feuilles individuelles, comme « mixte » qui coule, bon, dans le temps typique des en-têtes obliques firmans (diplômes) Timùrido-Safavides.

Proportionné dans la structure, sanctionné, le Tult c'est l'écriture coranique, comme muhaqqaq et rayhan.

  1. nashi. L'approbation des caractéristiques graphiques et de l'équilibre fonctionnel pour leur exécution correcte (dimension, forme, angle, espacement, cadence) se trouve nashi 'transcriptionnel', o nash 'transcription', d'ar. nasaha 'transcrire, copier', Nusha écrit, copie; manuscrit, code, livre »(habituellement pour nusha-yi hatti dans la dernière signification). D'origines, il semble, épigraphique et introduit (mieux sanctionné) dans la chancellerie califfal de Ibn Muqla, "L'inventeur" des six sœurs, la nashi on le trouve déjà sur les hauteurs de la perfection dans un célèbre Coran d'Ibn Bawwàb (1000 s.). C'est le premier, véritable livre cursif, le résultat de l'expérimentation complexe vieille de plusieurs siècles kufi, muhaqqaq, Rayhan e Tult.

Substantiel, concret, ferme-et-mouvement, le nashi trouver le moyen, module productif de tels «cursive», en ajustant son contour, la structure, l'inclinaison, la distribution, l'efficacité de la canal, dont l'ondulation rythmique est à moitié cachée, portée par son flux interne, non basaltique (kufi) ou exagéré (muhaqqaq) ou foiré (Tult). La clé du système graphique, qui ouvre le canal fluide et clair, donc adaptable à l'expressivité calligraphique, dont il s'enrichit et varie sans se laisser déplacer par les caractéristiques fondamentales, est la coordination des surplombs haut / continu / bas et du contraste ligature / contraste. césure dans l'actionnement du calamus sur le plan de la feuille, le long de la ligne du bâton. La commodité opérationnelle est atteinte.

La nashi c'est l'écriture coranique et littéraire du second classicisme islamique (le premier persan, vers le milieu du X-XIII siècle), le plus répandu et le plus important de l'Egypte à «l'Islam oriental», la Perse et les régions environnantes (hégémonisées par elle); l'Occident musulman était plutôt le domaine du 'Maghreb ', cousin maudit de la nashi.

Cela s'est bien adapté, à grande échelle, aux besoins du livre orné, enluminé, luxueux et monumental; il démontrait la même validité dans les livres communs, où sa vitalité se distinguait; le sommet, à la fois de la standardisation dans le livre nu, et de la canonicité dans le livre précieux, s'étend de mille environ au quatorzième siècle.

Sous les Mongols et les Timurides, sa parabole descendante commence et s'accentue dans la fréquence d'utilisation, en particulier pour les livres de belle littérature, provoquant l'émergence d'une nouvelle cursive concurrente, de génération persane. Peut-être parce qu'elle est la fille de la mère authentique; Là kufi «Cultivé» sur les livres, le nashi possède une certaine angularité angulaire, conserve une pointe de rigidité dans sa ligne de caractère, qui est alors l'essence de ce «minuscule rond», que l'on peut qualifier de semi-cursif: le ralentissement ténu qui s'ensuit au niveau exécutif est justement le support segmentaire et le moment de calme qui convient à une écriture «raisonnée» telle que nashi. Mesuré sur la clarté médiane, il est un guide de distinction pour la lecture, et un stimulant pour la réflexion: il transmet la pensée, puisqu'il est précisément conçu pour «transcrire» un message. Lorsque cela est vraiment important, prééminent et détermine l'écriture du livre, avec lequel aucun autre objectif ludique n'est fixé, même en période d'éclipse partielle nashi reste le tour du livre irremplaçable: alors c'est avec une plus grande clarté l'écriture spécialisée, aussi bien que pour les Corans, pour la littérature historiographique et scientifique.

L'incisivité du nashi il est canonique, sagement modulé, dans la copie de textes historiques, mathématiques, géométriques, astronomiques, et en y regardant de plus près, on pourrait voir ses variétés caractéristiques, telles que le «mathématique-astronomique». D'autre part, après le déclin (XIII-XV siècles) et l'éclipse (XVI-XVIII siècles) nashi il a pris la vengeance: fort de sa nature, de la rigueur des moyens justes, c'était celui choisi dans la presse (XX siècle). Les caractères standard du nashi ils sont l'écriture «imprimée» normale dans tout le monde islamique aujourd'hui.

  1. Nastaliq. Maintenant, la vocation bibliothécaire de nashi, et sa tendance à la cristallisation, acceptent des modulations sur le registre de sa basse ostinato, la distinction, mais elles ne supportent pas d'être trop serrées sur la corde, ni de l'élaboration calligraphique (qui, plus que toute autre, joue sur les mesures scalaires), manque de l'évolution continue de la cursive: c'est une limite, lorsque la production du livre est dirigée par des buts et des goûts esthétiques. Là nashi était donc voué à `` perdre du terrain dans le domaine du livre, lorsqu'un nouvel art ou une nouvelle conception de celui-ci s'affirmait dans la Perse des Mongols et des Timurides (fin du XIIIe-XVe siècles), grâce à la rencontre de la grande expérience de la production égypto-irakienne (et, en Perse même, Seljuk), avec la technologie exécutive et picturale d'origine chinoise: de la greffe est née d'une manière différente, un goût plus raffiné dans l'écriture et l'ornementation du livre.

L'écriture concomitante était la cancelleresca taliq «suspendu», oblique par rapport à la ligne, surgi (semble-t-il) au XIIIe siècle, codifié au XIVe, adopté dans les chancelleries persanes post-mongoles ou de l'école perse (timuride, ottomane, safavide, moghole). Puissant et arbitraire, comme certains l'ont appelé, le taliq pressé d'entrer dans le livre: il avait gagné le nom de l'écriture persane typique, le premier de la mère patrie. Mais pour vraiment réussir, il avait besoin d'un script approprié, ce qui diluerait son caractère effacé.

Que pourrait être, l'audace, de gratter la sérénité de nashi ?

Cela a eu un avantage esthétique qui a rendu difficile, mais après tout, parmi les anciens six sœurs, était le seul évolué dans l'édition de livres: il ne pouvait pas être remplacé, et la paix.

Par conséquent, une médiation était nécessaire, parmi les revendications de taliq et l'intégrité de la nashi. La rose mélangée Nastaliq, artificiel et hybride également dans le nom (nashi + taliq). Les coïncidences seront aléatoires, mais pas entièrement insignifiantes: à peu près au même moment, les humanistes italiens, mécontents du linéarisme rigide du gothique, créèrent le livre `` semi-gothique '' (qu'est-ce que le nashi en corrélation avec le kufi ?) pour atteindre l'élégance aérienne de littera antiqua, raffiné et incliné comme "cancelleresca italica"; c'était, en substance, à peu près la ligne de recherche des humanistes tardifs-mongols et timurides, persans et turcs. Greffage des temps mûrs, le nasttflìq "Persica" a émigré avec ses scribes dans les régions où le goût littéraire persan prédomine: l'Empire ottoman (anciennement sous Mohammed le Conquérant) et les Moghols, évoluant vers des variétés respectives (dodues et lourdes indiennes, turques d'un raffinement rare).

La Nastaliq il est de type synthétique-figuratif, et calculé pour effectuer: «absorption» du contour et de l'écriture dans le cadre du livre. Il aime le long tirant d'eau et l'ombrage doux des lettres: il étire et brosse les lacets tendus sur la ligne du bâton (classes VII, VIII a), joint et allonge les dents (IV) comme une faucille, obtenant une ligne horizontale sinueuse qui fait comme règle de la bande d'écriture, comme la baguette (X) était le sextant du muhaqqaq- puis, il resserre les œillets (III, V-VI), gonfle les queues en croissant (I-II, IV-V a, IX b), desserre la boucle (III), plonge les troncs (XII-XIII).

L'obliquité de la chancellerie du talìq, a appris la leçon d'angle du nashi, est corrigé avec un canal distendu et turgescent, guide spatial-linéaire, équilibreur du champ haut, est la barre allongée de IX a dont le caractère globalement torsadé s'adoucit en (S), tandis que `` les tiges perpendiculaires (V b, IX b, X) deviennent plus minces, ressemblant presque à des "ailes". C'est un peu comme l'inverse du muhaqqaq, qui a fait naufrage dans le gaspillage de l'espace (vidange de la bande d'écriture).

Comme "relaxant", la disposition du Nastaliq à la place, il le remplit de quelques jets: en fin de ligne, surtout avec des lignes poétiques, et écrit fréquemment un trait final (ou lettre) au-dessus d'une plaque (par exemple VII c) avec un retour vers la droite et remplit le segment vide en haut. C'est un repli auquel d'autres écrits se produisent également (Tult, nashi), s'ils ne préfèrent pas rétrécir ou froisser le caractère qui «se trouve au bord de la marge gauche de la portée, infranchissable en raison de l'interdiction de la rupture du mot et de son alignement; dans Nastaliq le remède devient fonctionnel, assurant un plus grand équilibre sur la verticale du champ: éventuellement, si la "lettre finale" VII b est présente, le détachement de la section écrasée, par rapport à la ligne du bâton, est guéri avec l'étirement vers l'arrière de la queue de VII b, comme notre gribouillage soulignant par exemple une signature. Sanctionné par les calligraphes Mir Ali Tabrizi et Sultan Ali Mashadi (XV siècle), le glissant et capricieux nastcfliq vous votre livre préféré d'écriture jusqu'au XIXe siècle, spécialisé dans le livre d'art, e. dans la représentation du texte poétique ou de l'intention littéraire: il est entré dans l'épigraphie (à partir du XVIe siècle), mais une telle coquetterie ne l'a pas fait accepter l'écriture coranique.

  1. DIVERS. Variante Safavide de la Nastaliq, son échelle réduite (donc aiguisée dans le canal) avec annulation de backfire (vers le taliq), est le sekasté 'cassé / cassé', un script synthétique qui brise les graphèmes, les mots et les normes graphiques, composant des morceaux de stylos à bille homogènes par lui-même. la sekaste c'est la corsivissima: perfectionnée (XVIIe siècle), entre dans le livre (dix-huitième-dix-neuvième siècles), devient ministérielle, marchande, épistolaire, quotidienne, ordinaire.

D'autres écrits importants qui entrent dans un sens de la perfection, ou un point en ce moment dans le livre persan, sont: Bihari Indien, spécialisé dans le Coran ou son commentaire (Tafsir) avec le texte arabe au milieu et le commentaire persan dans la marge (nashi); la siyaqat «L'écriture chiffrée, à cause», la malédiction mercantile, homologuée sur l'échelle des nombres (d'origine indienne, ceux-ci sont écrits de gauche à droite, comme nous le faisons). En outre, le fantastique ou figural, banc de virtuosité calligraphique, combinaisons de faux et de crochets dans un chemin sinueux qui décrivent des animaux, des bâtiments, des bateaux, etc.

avec le pré-texte de passages coraniques ou poétiques: Tavus 'Peacock', Larzè « Vacillant », Golzar «lit de fleurs» (corps de lettres parsemés de fleurs), zolf-e arùs 'boucle de mariage' (avec des lettres ovales et des queues enroulées), hilali 'Croissant', Badr al-Kamal 'une lunapiena' (remplir les files d'attente), Manasir `` par diplômes '' (queues tordues dans un sens ou dans un autre, selon un écrit de louange, de promotion ou de blâme, de dérogation), mutannà «ambigu, double, double»: le même écrit adressé et uni sur le plan, donc «visible» spéculairement, à droite et à l'envers en même temps; et par dessin.

Partager
  • 1
    Partager
Sans catégorie