Semnan -25
Région de Semnan      | ♦ Capital: Semnan   | ♦ Surface: 96 816 km²  | ♦ Habitants: +570
Histoire et cultureAttractionsSouvenirs et artisanatcoutumes et coutumesOù manger et dormir

Contexte géographique

La région de Semnan est l'une des plus importantes en Iran et en ce qui concerne l'extension territoriale, elle représente la sixième région, environ quatre fois celle de Téhéran. La capitale de la région est la ville de Semnan et les autres principaux centres de population sont: Shahrud, Damghan et Garmsar. Cette région a à la fois une zone montagneuse et plate. Le territoire montagneux est doté de stations touristiques particulièrement intéressantes et dans les plaines se trouvent certaines des plus anciennes villes d'Iran.

Climat

En raison de la variété des contextes géographiques, chaque région de cette région a un type de climat différent. Tant et si bien que dans la zone montagneuse il y a un climat froid, sur les pentes des montagnes il y a des conditions climatiques tempérées et dans les environs du désert il y avait des températures chaudes.

Histoire et culture

Tout au long de l'ère des Mèdes et des Achéménides, la région Semnan a été considérée comme une partie intégrante du territoire des Parties et, plus tard, même dans la période des Sassanides est un domaine qui a joué un rôle majeur. Les parties ont divisé la région dans les anciens grands secteurs iranien 18, l'un des plus importants, appelé « Kamisen Shahr-e Qumis » ou « Qumes », peut être situé dans une zone à proximité de la ville d'aujourd'hui de Semnan et Dâmghân. Au milieu du septième siècle d. C à Yazdgerd fois III, le dernier souverain de la dynastie sassanide, les envahisseurs arabes conquis le plateau iranien. Dans un premier temps, les Arabes ont conquis la ville grande et prospère de Rey, puis se dirige vers le nord-est, est venu sur le territoire de Kumesh - les zones situées entre la ville d'aujourd'hui de Semnan, Damghan et Bastam - et même occupé ce région. Ainsi, à partir de sources historiques et les récits contemporains, il est clair que la région Semnan a été l'un des quartiers les plus anciens de l'Iran et, à travers l'histoire, ont eu des périodes de prospérité et de déclin. Cette région a été le lieu de rencontre de différentes populations. Avec l'invasion mongole dans la ville de Semnan a été détruite, mais dans les périodes ultérieures, en particulier pendant l'ère safavide et dans celle des Qajar, il a été reconstruit et il y a beaucoup de travaux qui remontent à cette époque. La Route de la Soie a couru à travers la région de longueur, puis, dans le cadre de ce chemin marchand célèbre, aujourd'hui encore, il y a beaucoup d'ouvrages historiques, dont des palais, des bâtiments, des châteaux, des caravansérails, des réservoirs d'eau et des miradors. Parmi ces monuments sont à visiter: les palais de Agha Mohammad Khan et Fath Ali Shah à Damghan, les palais du Shah Abbas, le Eyn ou-Rashid et le Royal Harem à Garmsar, la résidence de la fille de Naseroddin Shah à Damghan, Châteaux Saru, Kushmoghan et Pachenar à Semnan et Lasgard Châteaux et Bankuh à Garmsar. Dans la région de Semnan, il y a aussi de nombreux endroits et édifices religieux qui sont des destinations pèlerinage, parmi lesquels: Mosquée Soltani, le vendredi, la Mosquée de Tarikhane de Damghan et la Grande Mosquée de Bastam. Cette région a été le berceau de nombreux poètes, scientifiques et mystiques tels que: Manuchehri Damghani, Ebn-e Yamin Forumadi, Forughi Bastâmî, Yaghmayi Jondaqi, Zouqi Bastâmî, Bayazid Bastami, Shaykh Abo-l-Hasan Kherqani, Shaykh Ala-ad-Doule Semnani, Sheykh Sakkak et Bibi Munjame Semnani. Parmi les personnalités des temps plus récents comprennent: Haj Ali Semnani, Feyz Semnani et Zabihollah Safa. Parmi les us et coutumes des habitants de la région Semnan il convient de rappeler qu'ils ne portent pas de vêtements noirs dans les cérémonies funéraires. La raison semble qu'il se trouve dans leur aversion ancienne au drapeau noir était le symbole des califes abbassides.

Entre autres travaux, et les bâtiments historiques de cette région sont à visiter: Caravansérail Abbas Abad, caravansérail Soleymani Ahvan Shah, le Shah Abbas caravansérail Lasjerd, le bâtiment historique Cheshme Ali, le Palais de Eyn-ar-Rachid , le palais de Haramsara et les châteaux de Pachenar.

Souvenirs et artisanat

Les principaux objets d'artisanat de la région de Semnan sont: les tapis, les kilims, les différents types de vitrage, les diverses faïences et les céramiques, et divers types d'articles textiles. Les pistaches de cette région sont très réputées, ainsi que les fruits secs en général, le pain traditionnel, les figues, les pruneaux, les noix et les raisins.

Le rituel "chelchelâ" dans la ville de Mojen-province de Semnân

La belle ville de Mojen étagé, situé 33 kilomètres au nord-ouest de Shahrud, chaque année au cours du mois de Moharram accueille des millions d'adeptes de l'Imam Hossein et les croyants venant des coins les plus reculés du pays, en particulier de Téhéran et de Gorgân.
La région de Semnân, Mojen possède certains tekiyeh (1) appelé supérieur (ghal'e), inférieur (central) tekyeh, sa'dât, mollaguhar et zuljanâh et aussi certains membarkhâne (2) que quelques jours avant le mois de Moharram sont nettoyés et recouverts de chiffons noirs. Depuis les temps anciens, dans les jours à partir de la troisième nuit du mois de Moharram, dans la cour de deux grands tekyehs de Mojen, le haut et le bas, le fameux rituel appelé "chelchelâ" a lieu peu avant le coucher du soleil et cette coutume se poursuit jusqu'à le dixième soir en présence des membres du tekyeh et de nombreux participants au deuil de l'imam Hossein. Dans le tekyeh inférieur, juste avant le coucher du soleil, les personnes en charge de la préparation nettoient le tekyeh et recouvrent l'espace utilisé avec des tapis et des draps et placent quarante candélabres pour le rituel. On dit que c'est peut-être pour cette raison qu'ils ont appelé ce fascinant rituel religieux "chelchelâ" ou "quarante bougies".
Les membres et les volontaires de Tekyeh se tiennent devant les bougies et font face à la foule présente et une personne, qui est habituellement le patron et comme ils disent le local est le «papa» du tekyeh, chantant d'une voix délicate. Les femmes et les jeunes filles sont assis sur le dessus des marches autour du tekyeh en regardant le spectacle. Ils croient qu'au crépuscule les prières sont répondues en premier et donc elles ne devraient pas manquer cette opportunité. Le tekyeh inférieur a un aspect spirituel particulier. Le drap qui a été disposé sur la cour du tekyeh et au-dessus des piliers de bois, est le symbole du campement de l'Imam Hossein (que la paix soit sur lui). Dans ce rituel, après la récitation des prières, des parties de la prière du pèlerinage d'Achoura sont chantées, puis des prières pour la santé et le retour de l'Imam Zamân (3) (que la paix soit sur lui) et les spectateurs répondent par un "Amen". A cette occasion, les gens apportent à tekyeh la nourriture offerte à la charité, composée principalement de pain et de morceaux de sucre et le placent sur de grandes tables en toile, nourriture qui sera offerte aux participants le jour suivant. En retour, les gens reçoivent un petit sac de nabât (sucre cristallisé) des volontaires en signe de gratitude.
A la fin de la cérémonie, nous prions et récitons fatiha (4) aussi pour la bénédiction des morts, la guérison des malades, la suppression des maux et l'acceptation des votes. Puis les bougies sont passées de main en main et tournées et préparées pour la prière du coucher du soleil.


1- Espace utilisé pour les cérémonies funéraires du mois de Moharram, généralement un espace ouvert au carrefour d'une ville, une simple arène mais aussi un bâtiment dans lequel les ta'ziyeh sont représentés., Une représentation théâtrale dans laquelle le martyre de l'Imam est rappelé Hossein à Kerbala, dans le sud de l'Irak. Généralement, c'est un bâtiment avec une cour. Chaque tekyeh a ses propres membres, qui sont généralement les habitants de ce quartier.
2 - Lett. "Maison de la chaire", où menbar signifie la chaire d'une mosquée.
3 - Douzième et dernier Imam des Chiites, Al-Mahdi (littéralement «bien guidé par Dieu») a mystérieusement disparu et dont le retour est toujours attendu.
4 - Première sourate du Coran.

La coutume d'arroser les bébés de fleurs dans la ville de Dâmghân et dans la région du Semnân

Parmi les coutumes traditionnelles restent du passé dans les différents quartiers de la ville de Damghan, il est d'envelopper le bébé dans un tissu avec des fleurs au début du printemps de sa vie. Selon cette coutume, quand un bébé est né coïncide avec la saison du printemps et la floraison des roses rouges, certaines femmes de la famille sont dans les jardins et les champs pour recueillir des prières récitant des fleurs et des poèmes. Les fleurs recueillies sont prises à la maison et les pétales sont dispersés, alors l'enfant est amené dans la salle de bain et lavé. Lorsque de la salle de bains, il est séché et enveloppé dans un tissu blanc où les pétales de roses rouges ont été dispersés. Ce rituel est généralement effectué par la mère, les tantes ou la grand-mère. Pour les autres enfants nés dans les autres saisons, ce rituel est effectué au début du printemps de leur vie. Après cela, du thé, du sirop et des bonbons sont offerts aux invités.

cuisine locale

Plusieurs cuisine locale de la région de Semnan sont préparés traditionnellement: la soupe Torsh, le bouillon de viande avec des pistaches, du riz à l'aneth et les haricots verts, les différents types de Tahchin, Reshte Polo, Bij Bij, Kate Shir, le céleri Qeyme, le riz et les raisins secs, Zardak Polo, différents types de plats composites (les noix et les épinards, les pommes et les cerises sauvages, plats pistaches, Khoresh et Qorme), Gur mât, Dugh et Jush, Eshkane, Bolmaq, hasu, DAST être Qamme, Khorak et Kashk, Tas Kabab, Mast-e Jush, Qalyaqrut, Burani-vous Kadu.

Partager
Autres